14/11/2018

Mes anecdotes biographiques (5)

Mes débuts comme instituteur

Mon installation en 1934 à Niederpallen, village de la commune de Redange-sur-Attert, débuta par mon déménagement dans la maison de la famille Heschbourg, où on me loua une chambre à coucher au premier étage et une pièce au rez-de-chaussée qui me servait de bureau et où je corrigeais les cahiers des écoliers et préparais mes leçons. J’allais aussi me présenter au conseiller municipal Muller et au curé du village Lahure. Ce dernier m’avait recommandé, sur l’intervention du curé Muller de Neudorf, au conseil municipal de Redange pour l’élection d’un des nombreux candidats au poste d’instituteur de Niederpallen. Weiterlesen

19/09/2018

Mes anecdotes biographiques (4)

Adieu Erpeldange et bonjour Neudorf

Pendant la seconde quinzaine du mois d’août 1933 a eu lieu l’examen de fin d’études au lycée. Les séances d’épreuves étaient un jour sur deux, donc après chaque journée d’épreuve, il y avait une journée de libre afin de laisser aux candidats quelque temps pour passer en revue la matière fixée au lendemain et, comme nous le supposions, pour laisser du temps aux correcteurs. J’étais donc en train de penser à la rédaction allemande quand j’appris que ma sœur Séraphine, l’enfant ainé de nos parents, de treize ans plus âgée que moi et mariée depuis deux ans, était décédée à la clinique pendant son accouchement. L’enterrement eut lieu à Luxembourg-Neudorf où mes parents étaient, depuis quelques années, propriétaires d’une maison louée à une famille de ce faubourg. Weiterlesen

31/08/2018

Mes anecdotes biographiques (3)

Ambiance Erpeldangeoise

Les barrières

Ce dont je me rappelle le mieux des impressions d’Erpeldange gravées dans ma mémoire, ce sont les trois barrières, dont une barrait le passage du chemin de fer directement devant notre maison ainsi qu’une distante d’environ un demi kilomètre au nord de notre habitation et une troisième située aussi à un demi kilomètre au sud de chez nous. Weiterlesen

14/05/2018

Mes anecdotes biographiques (2)

Au lycée de Diekirch

En 1926 je me soumis, avec deux de mes camarades de classe à l’examen d’admission au lycée de Diekirch. On nous fit écrire deux dictées, l’une en allemand et l’autre en français, deux reproductions ainsi que des problèmes arithmétiques.

Nous fûmes admis tous les trois. Nous nous inscrivîmes au secteur classique, qui s’organisait au « Collège de Diekirch » parallèlement au secteur industriel, appelé « Industrie-Schoul » et qui ne comptait que six années d’études, dont trois seulement à Diekirch, alors que les cours classiques du « Gymnase » (= lycée classique) duraient sept années. Dès la classe inférieure, appelée septième, on y enseignait le latin en plus des langues française et allemande, ainsi que l’arithmétique, l’histoire, les sciences naturelles, la doctrine chrétienne, le dessin et la gymnastique. Weiterlesen

23/10/2017

Meng Vakanz fréier

Ronderëm d’Vakanz dréit sech haut eng ganz Mediewelt. Zentimeterdéck Broschüre lackelen mat deene schéinste Verspriechen, fir de Lieser derzou ze bréngen, seng Wallis ze paken a sech am Schnéi oder an der Sonn ze entspanen, ze erhuelen, sech verwinnen ze loossen an de Stress vum Alldag ze vergiessen. Fluch- a Schëffsreesen op déi entleeënst Plaze vun der Welt sinn in.

Fréier, virum zweete Weltkrich, ass net vill rieds gaang vun Entspanung oder Erhuelung. Weltreese waren net fir gewéinlech Leit, duerfir hate si kee Geld. Weiterlesen

13/03/2017

Im Waisenhaus „Op der Rumm“

Nach dem Tod meiner Mutter im Juli 1927 verwahrlosten wir Kinder zusehends. Ich war 10, meine beiden Brüder 7 und 4 Jahre alt.

Ende November 1928 fielen zum ersten Mal die Worte: „Wanns de virun esou frech bass, da kënns de op d’Rumm“. Der Briefträger hatte einen Brief mit der Aufschrift: „Sozialamt der Stadt Esch/Alzette“ abgegeben! Am Neujahrstag 1929 brachte man mich und meinen Bruder ins Waisenhaus auf dem Rahmplateau in Luxemburg, der jüngste Bruder folgte erst sechs Monate später. Damit endete eine schlimme Periode meines noch jungen Lebens, die ich bis heute nicht vergessen kann. Weiterlesen

19/09/2016

Am Meedercherslycée

1933 ware mir zu 3 Meedercher aus eiser Klass vun Diddeleng, déi den Aufnahmeexamen fir an de Meedercherslycée an der Stad um Lampertsbierg gemaach hunn. Mir hu muerens de Schülerzuch geholl, mir hate keng Ahnung, wou dee Lycée wier a sinn einfach deene méi eelere Schülerinnen nogaangen. Déi waren awer nomëttes fräi. Mëttes konnte mir am Lycée iessen. No 4 Auer huet d’Madeleine gemengt, wa mir no Süde géngen, misste mir d’Gare fannen. Weiterlesen

27/06/2016

D’Schwëster Paula

Spillschoul Déifferdeng 1937

1937 war ech bei der Schwëster Paula zu Déifferdeng an der Spillschoul. 40 Joer duerno sinn ech hir erëm begéint wéi si hir 95 Joer gefeiert huet. Ech war bestuet an hat mäi Meedchen un der Hand. Trotz mengem Baart huet si mech direkt erkannt a geruff : „Hei, dee klenge Johny !“

10/06/2015

Der Fetschebuer

Der Fetschebuer in Hamm,  eine begehrte Wasserstelle weit und breit, die Lebensader für die wenigen Bewohner des Äppelweg und er gab der Umgegend des Hammertälchens den Flurnamen.

Noch bis nach dem 1. Weltkrieg war es die einzige Trinkwasserstelle für die wenigen Anwohner, wie Gärtner Schosseler, Bauer Jeck, meinen Großvater, Wollweber Dumont sowie Bahnwärter Ewen im Baueschbierg. Weiterlesen